★ Designer textile, un métier d’artiste

Lorsque l’on aime un vêtement ou un sac, on aime la forme, la couleur et le tissu. Mais vous êtes vous déjà demandé qui était derrière ce tissu aux motifs si sympa qui vous a fait craquer?

Si je vous dis: Liberty of London, Aime comme Marie, Atelier Brunette, Petit Pan, Bö Graphik, Nani Iro, ect.. cela vous parle?
Peut être certains, mais je suis sûr que sans le savoir vous en avez dans vos placards, en décoration dans votre maison ou que vous les avez déjà vu sur le net. Derrière ces noms, ce sont des designers textiles qui dessinent les motifs, définissent les couleurs, nuances et matières de vos tissus.
Leur talent est fascinant! D’où leurs viennent leurs idées, quelles sont leurs inspirations, commencent-ils par faire un dessin ou travaillent-ils uniquement sur ordinateur?
Selon moi, c’est un travail d’artiste.

J’ai la chance d’avoir fait la connaissance de l’un d’entre eux et cerise sur le gâteau, il a bien voulu répondre à mes questions.

Il s’agit de Laetitia, designer et créatrice de la marque Bö Graphik.
Cette jeune femme pétillante et pleine de talents a bien voulu m’accorder quelques minutes pour répondre à mes questions. J’espère que vous apprécierez  connaître davantage ce métier d’artiste!

Je n’aborderai pas la partie « commercialisation du tissu », qui suit la création car c’est l’angle artistique qui m’intéresse ici.

«  CPMCB – Bonjour Laetitia. Peux-tu me parler de ton parcours?

As-tu suivis une formation artistique ou es tu autodidacte?

– Oui je suis complètement autodidacte dans ce domaine.
J’ai dû apprendre toute seule les techniques du dessin vectoriel Illustrator en solo. Ce ne fut pas simple. Il y a eu des hauts et des bas, parce qu’appréhender le dessin via une tablette et un écran n’est pas simple et parce que le logiciel est complexe dans son utilisation. Je me suis tout de même payée deux formations interactives – à distance, via les US, pour approfondir mes compétences et aborder l’impression sur tissu.

1898034_10152472848135954_6052435468013681515_n

                                                                   Crédit photo: Bö Graphik


Depuis quand as tu cette passion pour le dessin et le design?

– J’ai commencé tout à fait par hasard avec la peinture, en réalisant des toiles en acrylique dans les années 90, de style abstrait et singulier. Mais je sentais que je tournais en rond, que ce support de création me freinait. Puis j’ai eu en cadeau le logiciel Illustrator par mon mari  et là ce fut la révélation.

Y a-t-il eu un élément déclencheur, un événement, qui t’a donné envie de sauter le pas et de créer des tissus ?

– Cet objectif était latent, au fond de moi. J’ai commencé par le web-design (refonte de sites internet puis impression papier – papeterie) pour enfin toucher le domaine textile. Cela s’est fait naturellement, au fil des projets et des envies non sans difficulté car le monde du tissu est opaque, fermé et petit.

Quelles sont tes sources d’inspirations?

– Mon jardin, la nature, les paysages et les livres de botanique. Il suffit de regarder tout autour de soi, la nature nous offre les couleurs, les formes et les associations parfaites.

Comment imagines-tu un nouveau motif ?

– En fait, c’est compliqué ce processus. Certains motifs demandent une réflexion. Certaines tendances influencent notre « patte graphique » comme les imprimés géométriques très tendances en ce moment ; les couleurs aussi. D’autres motifs sortent tout seuls comme ça, sous l’impulsion. Ces derniers me prennent peu de temps à les réaliser car j’ai déjà en tête le dessin final. D’une manière générale, je limite mes recherches pour ne pas être influencée par toutes les images (internet, livre etc), et travaille souvent « renfermée sur moi-même » pour conserver mon « style ».

Comment le travailles tu? As-tu une technique de dessin de prédilection? (aquarelle, mine de plomb, feutres, collages, ect..)

– Je possède un petit carnet moleskine où s’accumulent des formes simples et basiques, que j’ai dessiné au crayon. Parfois je déchire une page d’un magazine qui m’inspire, cela peut être un magazine de déco ou de voyage comme Géo. Quand je n’ai pas le temps, j’ouvre illustrator et réalise quelques dessins à la va-vite, que je stocke ensuite sur un disque dur externe, dans un dossier nommé « à travailler ». Ce dossier est très important. Il constitue ma base d’idées. Je le consulte et y pioche très souvent.

fil grafitti
                                                                                           Crédit photo: Bö Graphik

Le passage du motif sur papier au motif sur ordinateur n’est il pas difficile? Parviens tu à obtenir le même effet et avec fidélité de ce que tu as en tête?

– Cela dépend du motif. Je me rappelle d’un motif floral réalisé sur papier, que je n’arrivais pas à refaire sur ordinateur parce que sur un écran les images ne rendent pas pareil. Pour ce motif, j’ai mis plusieurs mois à le finaliser, jusqu’à atteindre ce que j’avais en tête. Je m’aperçois quand même que je travaille de plus en plus directement sur l’ordinateur faute de temps.

HIBOU 2
Crédit photo: Bö Graphik

La feuille blanche? cela t’effraie?

– Oui ce n’est pas mon amie. Quand c’est comme ça, je ferme tout, je range tout et passe à autre chose. C’est le plus difficile : c’est arriver à se détacher de ce doute, de cette peur et ce manque que tous les créateurs connaissent.

Comment vois tu tes tissus dans l’avenir?

– Bonne question ! J’aimerais tant que ces beaux tissus soient touchés et travaillés par le plus grand nombre de personnes (grand public) et que les professionnels soient aussi inspirés ? Sincèrement, je n’ose pas penser à cet avenir, je vis au jour le jour et croise les doigts pour cette aventure continue. « 

En tout cas nous lui souhaitons sincèrement!

J’espère que vous aurez apprécié en apprendre plus sur le métier de designer textile et que vous ne verrez plus votre tee-shirt préféré de la même manière!

A bientôt!

Pour en savoir plus sur Bö Graphik c’est ici et ici

Related Images:

This entry was posté le Aparté and tagged , , , , , , . Bookmark the permalink.

One Response to ★ Designer textile, un métier d’artiste

  1. Crezzini Jeanne says:

    Bonjour !Je suis admirative,de voir votre parcourt .Dans ce métier ,il faut beaucoup de persévérance ,et de passion .Actuellement ,je suis en reconversion professionnelle;et je suis très attirée ,par ce beau métier.Malheureusement ,je n’ai aucun diplôme;et les formations sont difficiles à trouver,dans la région paca.Tous comme vous ,je suis autodidacte;et j’espère ,pouvoir réaliser mon rêve.Grace à vous ,je vois que c’est possible.Merci pour ce bel exemple!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *